LES TENDANCES CULINAIRES 2016

En tant que restaurateur, il nous importe de savoir quelles seront les tendances recherchées par nos clients ou prospects potentiels.

De ce fait, Le magazine Hôtels Restaurants et Institutions 2016 nous a dressé un portrait selon 5 organisations expert en la matière dont je vous fais part ici.

Selon le futurologue Robert Dion, éditeur du magazine ci-haut mentionné,  on y parle

1* d’inclure le pourboire dans la facture

2* la compétition sera encore plus forte entre épicier et restaurateurs

3*la restauration éphémère, illégale représente un certain attrait au Québec

4*l’industrie de la restauration se renouvelle on ferme des concepts pour en ouvrir de nouveaux. Ce sera l’année du changement.

5*On verra de plus en plus la restauration de créneau

6*on pourra manger ce que l’on veut à l’heure qu’on le voudra

7*il y aura inévitablement une augmentation des prix(mais ici ce n’est pas dans la boule de crystal)

8*on assiste de plus en plus au recyclage alimentaire. la restauration utilise de plus en plus les légumes laids qui devient de plus en plus une norme dans l’industrie. Non seulement pour une question de coût mais aussi parce qu’il y a une conscience sociale de plus en plus forte.

Notre expert nous  a donné d’autres tendances mais je vous le laisserai le lire dans le magazine

D’un autre côté selon LE MAGAZINE BUSINESS on nous parle de

pour les restaurant à service rapide de créneau

1*les consommateurs évitent le plus possible les aliments

2*on nous dit que chaque pays à sa pâte farcie alors pourquoi ne pas se partir un resto de pâtes farcie?

3*les bar à yogourt on va les vouloir sucré et salé

4*le lait de substitution sera une avenue pour remplacer le lait normal

 

Pour les restaurants à service rapide de masse

1*on ne veut plus d’artificiel

2*on veut de la nourriture digne d’être publié sur instagram

3*le café nitro? tient tient, une nouvelle tendance à suivre? où peut-on s’en procurer?

IMG_4466

4*la montée fulgurante du kombucha

5*on fait sortir le styromousse dans tout les restos.

 

Selon la firme Baum &Whiteman(je cite ici 6 tendances sur 11 proposées)

1*on veut manger du resto à la maison alors vive les livraisons

2*il y a une montée du végétarisme

3*on veut manger de plus en plus cru

4*on est toujours obsédé par le poulet frit

5*on veut des épices de plusieurs pays

 

6*on veut manger 5 fois plutôt que deux fois par jours

 

Selon la NATIONAL RESTAURANT ASSOCIATION

L’étude ici a été faite après une enquête réalisé auprès de 1600 chefs

Je vous en cite 6 sur 20

1*on veut manger local

2*les cantines et les casse-croûtes on veut les associer à un chef

3*on veut découvrir de nouvelles épices

4*on aime manger des saveurs internationales

5*on parle de plus en plus de gestion et de réduction du gaspillage alimentaire

6*la cuisine de rue, camions et autres sont très tendances, on ne veut plus un resto traditionnel

 

Selon QSRWEB

On cite ici les 5 tendances technologiques en matières d’alimentation

1*on peut choisir notre propre mode de paiement

2*la mise en place complète des cartes à puce

3*la sécurité antifraude multicouche

4*la mise en place des options de paiement mobile

5*les outils de point de vente mobiles et nuagiques c’est à dire qu’on peut contrôler son resto au bout de son téléphone, sa tablette de n’importe où

Reste à savoir qui aura la boule de crystal la plus propre!

En attendant, je vous prédit que tous et chacun nous devrons nous nourrir alors, bon appétit!

POURQUOI LE SANS GLUTEN

Nombreux sont ceux qui veulent suivre les tendances in.

Combien parmi vous ont entendu du sans gluten? Combien parmi nous se sont réellement penché sur ce que ça représente sur le terrain des restaurateurs.

Encore faut-il savoir les coûts engendré du sans gluten en vaut-il vraiment la chandelle?

 

Commençons par l’origine de la tendance. L’article du CONSO-GLOBE  me semble assez pertinent à savoir ce que c’est et quelle en est l’origine. Par contre, le besoin réel de rejoindre la population qui en a VRAIMENT besoin  ne représente, selon SANTÉ CANADA  que 1% de la population .

Au niveau de la restauration quel serait les enjeux? Ceux qui font encore de la pâtisserie à même le restaurant, vous avez une opportunité d’apprendre quelques techniques. Il faut aussi faire très attention à la contamination croisée possible que le gluten peut se présenter car on le retrouve dans et sous plusieurs sous produit. Il faudra donc lire toutes les étiquettes de ce que vous achetez pour revendre car ils peuvent contenir du gluten. Le conseil le plus judicieux à avoir pour la clientèle coeliaque, si je peux me permettre l’expression, serait d’emballer leurs produits à part avant de faire le reste de la nourriture pour le reste de la population. A moins bien sûr de choisir un nouveau type de restauration SANS gluten.

Madame Christian Haché, chef consultante, ayant édité un livre chez Guérin, cuisiner et servir sans gluten vous donne de bon truc de formation professionnelle pour cuisinier sans gluten en restauration. Vous pourrez consulter son site web www.cuisineservicesansgluten.com

On y parle surtout de faire de la pâtisserie sans gluten.Vous y découvrirez certains produits dont vous connaissez déjà ne contenant pas de  gluten. On ne peut cependant pas se limiter à penser à la pâtisserie puisque l’industrie a ajouté du gluten dans plusieurs autres mets. Il y a donc un risque de contamination croisé qui affecte nos clients potentiels atteint de la maladie. Il  est donc important de suivre cette formation si vous voulez satisfaire ces gens.

En attendant vous pourriez toujours aller regarder sur PInterest pour trouver des recettes sans gluten comme celui-ci de la cuisine de Djanisse.

Muffins sans gluten:

Ça me semble délicieux.

 

LE PORTRAIT DE L’INDUSTRIE DE LA RESTAURATION À MONTRÉAL

Ce billet se veut un état réel de la situation dans le milieu de la restauration à Montréal.

Plusieurs études ont été faites sur les raison pourquoi tant de restaurants font faillites ou ferment leur portes.

Cet état des faits  vous permettra d’être plus alerte si vous pensez ouvrir ou garder votre restaurant. Le but n’est pas d’être pessimiste mais bien d’être réaliste face à cette industrie.

Les statistiques de statistiques canada   sont peu reluisant pour les restaurants  qui font des profits. Vous verrez que la marge de manoeuvre pour la restauration avec service n’a que 2.6% de profit en 2012 alors que la restauration a service restreint n’a que  5.1% de marge. Bien que les statistiques date de 4 ans, la situation actuelle n’est guère mieux. Au Québec , on détient le record de faillite au niveau national. De plus,  les ventes  n’ont pas augmenté au Québec de façon significatives au mois d’octobre 2015. En effet, 0.2% est le chiffre magique. Lorsqu’on sait que la hausse du coût de la vie oscille aux alentour de 2 à 3% cela signifie que nous notons un recul donc une perte possible de profit.

Les chiffres sont peu reluisants pour tout entrepreneur qui veut se partir en affaire. Mais quelles sont les raisons de ces chiffres catastrophiques?

Restaurants : risque de fermeture pour hygiène [Publi-info]

On parle de mauvaise gestion, mode passagère, quartier démodé, loyers dispendieux, augmentation de coût des denrées, pas facile de garder son restaurant dans la course lorsque l’offre est si grande et si compétitive.

On y cite aussi  que le faible pouvoir des consommateurs arrive en premier lieu pour la survie des restaurateurs.

Les travaux routiers de la ville de montréal constitue de grandes embûches pour le biens de ceux -ci. D’ailleurs le chef Stéphane François  ayant son resto sur St-Laurent  a du fermer ses portes pour cause de travaux chez les voisins, ce qui a affecté son commerce. On fait face aussi au problème de stationnement à Montréal, un autre obstacle évident à retenir. L’exode des Montréalais vers la banlieue n’aide pas non plus.

Finalement, la difficulté des restaurants à rester au goût du jour à cause du paiement faramineux des infrastructures, les empêche de changer au fil du temps alors que la nouvelle génération est friante de nouveauté. On est en ce moment à l’ère du foodies, on veut goûter à tout et en même temps. On aime à la bonne franquette, partager entre amis et on aime les petites bouchées. Cela implique pour le restaurateur d’inventer de nouvelles recettes avec les équipements existants. Il faut être inventif et être très passionné pour le faire.

On doit ajouter que ces dernières années l’effet vedette  de nos chefs ont passé aussi à la casserole de la faillite puisque disons le franchement, un chef est un artiste. On dénote le chef Ramsay avec son tempérament fougeux, la chef Marie chantal Lepage Il n’a certainement pas les mathématique en tête lorsque vient le temps d’inventer de bons petits plats et la motivation pour faire la comptabilité. Sachant déjà que la marge de profit est comparable à des « peanuts » dans ce milieu, il n’y a certainement pas de marge de manoeuvre aux erreurs. A moins que ce soit une entreprise de blanchiment!

Alors la recette magique pour le succès de votre entreprise? Un artiste, un comptable et un gestionnaire devraient être la clef du succès de votre entreprise. Un invente, l’autre gère l’artiste et les employés et le comptable fait  le bilan des actions des deux autres. Un mélange des trois et vous aurez une recette lucrative à saveur raffinée.

 

A bon restaurateur, bonne lecture!